UNE QUESTION

Blog
Moyen de transport écologique

Comment passer à un moyen de transport écologique au quotidien ?

 

Quel est le mode de déplacement le plus utilisé ? 

Selon l’INSEE, en 2021, la voiture reste majoritaire, dans l’ensemble des déplacements et peu importe la distance parcourue, avec 74% des trajets domicile-travail réalisés en voiture.  

Quelques causes pouvant expliquer le recours important à la voiture notamment sur de courtes distances : 

  • le type d’emploi : 22% des actifs - comme les professionnels de santé, commerçants, agriculteurs- ont un emploi à la localisation variable; le recours à la voiture s’explique alors souvent par l’éloignement changeant vis-à-vis du domicile ; 
  • les déplacements "chaînés" :  le recours à la voiture s’explique également souvent par le besoin de déplacements chaînés. Par exemple, pour déposer ses enfants à l’école ; 
  • pour des raisons de santé ; 
  • par choix ou habitude.

Mais en plus du coût économique élevé de la voiture, qui comprend les dépenses, chaque mois, en moyenne de : 

  • maintenance ( 106 €),  
  • essence ( 88€), 
  • péage ( 31€), 
  • coût de stationnement (19€), 

 ( source : Transdev/Ipsos, 2019) 

La voiture est sans grande surprise responsable d’un impact néfaste sur l'environnement, avec 16% des émissions de CO2 à elle seule parmi tous les moyens de locomotion. 

Et alors que la voiture est aussi utilisée pour les trajets courts -70 % des trajets feraient moins de 5 kilomètres - ceux-ci sont deux fois plus polluants que les trajets longs : arrêts fréquents et accélérations qui consomment et émettent plus. 

Quelles sont alors les alternatives possibles à la voiture individuelle ? 

 

Les alternatives écologiques, selon la distance à parcourir 

L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) définit un transport durable comme un transport qui :

  • Ne met pas en danger la santé publique et les écosystèmes
  • Respecte les besoins de mobilité
  • Est compatible avec une utilisation des ressources renouvelables à un taux inférieur à celui nécessaire à leur régénération
  • Est compatible avec une utilisation des ressources non renouvelables à un taux inférieur à celui nécessaire à la mise au point de ressources renouvelables de remplacement

 

Pour les distances courtes, les modes de déplacement écologiques peuvent être : 

1. Le vélo 

Le vélo est le mode de déplacement qui vient immédiatement à l’esprit quand on pense à un moyen de transport écologique, et ce à raison, puisque parcourir 10 km à vélo tous les jours au lieu de les réaliser en voiture permet d’économiser 700 kg de CO2 par an. 

Mais aussi, flexible et rapide en ville, le vélo est souvent le transport le plus rapide par rapport aux autres moyens de transport. Et en plus, il vous permet de remplir votre quota d’activité sportive journalière recommandée ! 

 

Les implications de choisir le vélo pour ses déplacements quotidiens 

- Le vélo est adapté aux distances relativement courtes, au-delà de 25 km aller-retour par jour, prendre le vélo risque d'être contraignant et surtout fatiguant à plus ou moins long terme. A noter que l’utilisation des transports en commun devient alors un bon complément. 

- Le vélo est adapté pour un déplacement sans transport de marchandise supplémentaire, à moins d'investir dans un vélo cargo pour transporter tous types de marchandises, comme vos enfants ;)  

Quant au prix, si vous avez déjà un vélo, mais qu’il a traîné des années dans le garage, il faut prévoir un budget entre 50 et 100 euros, pour le coût de la remise en état. 

Si vous désirez investir dans un nouveau vélo, le mieux est de vous renseigner auprès d’un vélociste qui saura vous conseiller, au plus près de vos besoins. 

 

2. Le vélo électrique 

Le vélo électrique est un moyen de déplacement intéressant si vos trajets présentent de nombreuses montées. Il peut être ainsi plus confortable et reposant, surtout si vous ne voulez pas arriver en nage au travail…

A noter que les spécialistes déconseillent de mettre moins de 1 000 euros dans l’achat de votre vélo électrique. Au risque de vous retrouver avec une motorisation faiblarde, et une capacité de batterie limitée. Pensons à nos belles enseignes françaises comme Alltricks, qui en connaissent un rayon dans la construction de vélos, notamment électriques ! 

 

3. La trottinette électrique 

Pour des distances très courtes, la trottinette électrique peut constituer une solution de transport écologique pratique, si vous souhaitez vous déplacer rapidement d’un point A à un point B en ville.   

Dans les grandes villes, les opérateurs de trottinette proposent des tarifs entre 15 et 30 centimes la minute. Globalement, les différents services fonctionnent de la même manière : il faut télécharger l’application correspondante au service, s’inscrire, rentrer un moyen de paiement et ensuite vous pourrez prendre une trottinette. 

A l'achat, le prix d’une trottinette électrique fiable et de qualité tourne autour de 400 euros. 

 

A cela s’ajoute le prix du renouvellement de la batterie, qui doit être changée tous les 3-5 ans, en fonction des modèles. 

Pour les distances intermédiaires 

1. La voiture électrique 

Si elle coûte en moyenne 30 % plus cher qu’une voiture thermique, il faut bien sûr compter les économies sur la durée.

En moyenne, rouler 100 km en électrique coûte 2€ d'électricité, alors que 100 km avec une voiture essence coûte autour de 8€ en carburant. 

Si vous roulez 15 000 km par an, cela représente déjà une économie annuelle de 900€, ce qui n’est pas négligeable. 

2. Les transports en commun 

Les transports en commun représentent l’impact sur l'environnement le plus faible après le vélo. 

Mais aussi : 

  • Un coût économique relativement faible :  En 2019,   en moyenne, le coût des transports en commun ne représente que 40 €/mois (selon Ipsos)
  • Un gain de temps aux heures de pointe grâce aux couloirs de circulation réservés pour les bus. Un gain de temps permis également par le fait que vous pouvez par exemple travailler, lire, vous détendre tout en vous déplaçant. 
  • Cela va de pair avec moins de stress ou d’énervement dus aux problèmes de circulation et de stationnement.

A noter que plus le nombre d'usagers des transports publics est grand, plus le service et la fréquence s’améliorent.

Il faut toutefois anticiper que certains lieux sont parfois mal desservis et difficiles à rejoindre par les transports en commun. Vérifiez donc en amont si vous pouvez accéder en toute sécurité à votre destination via les transports en communs. 

 

3. Le co-voiturage 

Si il est impossible pour vous de se passer de votre voiture thermique : des solutions existent pour limiter votre impact sur l'environnement comme le co-voiturage. 

Le co-voiturage à 3 ou 4 présente des avantages intermédiaires par rapport à la voiture en solo et les transports en commun :

  • Peu polluant par rapport à la voiture en solo
  • Partage des coûts entre plusieurs personnes et partage de l’usure de la voiture si chacun utilise son véhicule à tour de rôle. 

 

Pour les distances longues

Le TGV

Sans grande surprise également, prendre le train à la place de l’avion est plus écologique. Pour s’en rendre compte, prenons par exemple la ligne aérienne la plus fréquentée de France : Paris-Toulouse, qui a vu passer plus de 3,2 millions de passagers en 2019.

Pour l’avion, en s’appuyant sur les mesures de la Direction Générale de l’Aviation Civile ( DGAC) de 2020, en moyenne, le poids de CO2 par passager s’élève à 79 kg. 

Pour le train, en s’appuyant sur les données de 2020 de la SNCF, en moyenne, le poids de CO2 par passager s’élève à 1,4 kg. 

Ainsi, pour ce trajet Paris-Toulouse, le passager en avion émet 56 fois plus de CO2 que celui en TGV. 

Par ailleurs, d’autres avantages existent à substituer le train à l’avion : 

  • une économie d'argent: prendre le train est un moyen économique de voyager, surtout si vous réservez tôt votre voyage ; 
  • la plupart des gares ferroviaires sont situées dans les centres-villes, vous évitant les frais de transport supplémentaires ; 
  • Vous pouvez apporter votre propre nourriture et vos propres boissons, limitant alors le budget alimentation lors de votre voyage. 

Quand ce n’est pas possible de prendre le train, certaines compagnies aériennes vous proposent désormais de verser une somme d’argent pour compenser, en partie, l’impact écologique de votre voyage. 

 Maintenant, vous en savez plus sur les alternatives écologiques aux modes de transports polluants, en fonction de la distance à parcourir, leurs avantages mais aussi leurs contraintes à prendre en compte quand on envisage de passer à un moyen de transport écologique. 

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour choisir le mode de transport écologique qui vous correspond le mieux. 

Sans oublier qu’il n’y a pas forcément besoin de réaliser des changements radicaux pour agir en faveur de l’environnement : les petits gestes écologiques, comme le covoiturage ou l’éco-conduite ainsi que les changements progressifs, comme l’utilisation du vélo couplée à celle des transports en commun, sont déjà un bon début.